004Lorsque le rêve veut rejoindre la réalité ou quand les grands, redevenus des enfants, jouent sérieusement à aller plus vite ou à voler plus haut pour se donner quelques frissons, ils se retrouvent au 6e Mondial de la Simulation, au Musée de l’air et de l’espace, qui a fait salle comble, en proposant des attractions de plus en plus époustouflantes.

003.JPGPiloter un bolide à 300 à l’heure sur le circuit de Monaco ou prendre les commandes d'un Mirage 2000 en très basse altitude ou d’un Airbus A320, plus vrai que nature, pour une finale sur l’aéroport de Nice, était cette année plus que possible avec mouvement du baquet de pilotage à la clé, puisque les simulateurs désormais bougent en 3D comme des vrais.

jl-chretien.JPGCerise sur le gâteau, Jean- Loup Chrétien, notre premier spationaute, croisé en salle de conférence, nous livrait ses confidences en matière de simulation, de 0 à 450 km d’altitude, en comparant les systèmes d’entrainement et de préparation au vol spatial des Russes et des Américains, et affirmant par ailleurs que la coopération avec les Chinois serait bientôt incontournable.

J-Mathout.JPGTous les passionnés étaient là, qu’ils soient chirurgiens-dentistes, bouchers charcutiers, pilotes de ligne au repos, ou ancien Maître Principal , retraité de la DCN et responsable de la communication d'une compagnie aérienne virtuelle canadienne, qui nous a fait l’honneur de nous accueillir.

 

screenshot9.jpg

Retour à l'accueil