Le 18 juin 2009, le comité d’orientation de l’aviation de chasse (Comorac) a été créé en accord avec les directives du chef d’état-major des armées pour l’année 2009.

Ces dernières s’appuient sur le Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale qui stipule :

«les avions de combat de l’armée de l’air et de l’aéronautique navale seront regroupés, sous le commandement du chef d’état-major des armées, en un parc unique, qui ne comprendra à terme que des Rafale et des Mirage 2000 D modernisés, dont la gestion sera assurée par l’armée de l’air. Cette dernière veillera, en liaison avec la Marine nationale, à dégager toutes les synergies possibles en matière d’organisation, de soutien et de préparation des forces.»


Coprésidée par les majors généraux de l’armée de l’air et de la Marine nationale, le général Jean-Paul Paloméros et l’amiral Jacques Launay, la première réunion du comité s’est tenue le jour même de sa création.
Son objectif est double : dresser un point de situation de la flotte d’avions de chasse et arrêter les premiers sujets de réflexion et d’orientation.

 

Outil de réflexion et de pilotage, le Comorac se réunira tous les six mois. Son mandat, validé par les états-majors des deux armées, fixe les orientations dans plusieurs domaines, dont l’entraînement et la préparation des forces, la coordination des activités opérationnelles, la formation du personnel, le soutien logistique et technique, la réflexion capacitaire et le retour d’expérience.

Après ça on peut se féliciter de cette véritable révolution doctrinale en remarquant que les chasseurs qu'ils soient de la Marine ou de l'Armée de l'air ne jouent pas au billard à quatre bandes avant de décider quelque chose mais qu'ils vont droit au but. Et c'est pareil avec les femmes..!

Le tout nouveau CEMAA, le général Paloméros apporte les précisions suivantes lors de sa prise de fonction le 26 Aût 2009:

La création du Comorac est le résultat direct des objectifs fixés par le Livre blanc de la défense et la sécurité nationale, qui préconise d’instaurer une gestion commune du parc de l’aviation de combat. Après des mois de réflexions et de dialogues avec la Marine, nous avons mis sur pied un comité d’orientation qui traite des sujets communs. En coordination avec la Marine, l’armée de l’air a la charge de la gestion de l’ensemble du parc des avions de chasse de la Défense et nous entretenons désormais un échange permanent afin d’être plus efficaces avec une aviation de chasse qui sera concentrée et plus performante. Cela se traduira par la constitution d’une unité de transformation commune sur Rafale dès 2010, par l’échange de compétences et par un travail commun des états-majors sur les capacités futures, par la participation de l’Aéronavale aux missions confiées aujourd’hui à l’armée de l’air, comme c’est le cas pour la sûreté aérienne. Le Rafale a été conçu dans des versions identiques pour équiper à la fois l’armée de l’air et l’aéronautique navale. C’est un exemple unique dans le monde ! Cet outil nous offre la possibilité de mettre en commun 80% des ressources, en particulier le soutien. À partir d’une gestion commune, nous pouvons mieux répartir les efforts et mieux harmoniser l’acquisition de rechanges.

Retour à l'accueil