JAS39Gripen 000Marché du siècle… on en parlait en 1975, il y a bien longtemps, quand le vénérable Mirage F 1 de Dassault toisait sur le marché export le tout nouveau F 16 Fighting Falcon de General Dynamics,dont on savait l’écrasante supériorité. Le F 16 gagna haut la main ce programme d’équipement de l’Otan pour remplacer le F 104 Starfighter vieillissant. Seules France et Espagne avaient décidé de voler français (l’Espagne n’étaient pas encore dans l’Otan).

Aujourd’hui, malgré les promesses du Président brésilien Lula da Silva, la comparaison et la compétition s’inversent au Brésil entre le Saab Gripen, petit chasseur mono réacteur modeste en volume et en prix, et le flamboyant biréacteur Rafale, supérieur en tous points, hélas bien trop cher.

Les temps ont changés et sûr qu’au moment du « marché du siècle » le Rafale aurait fait une brillante carrière, quand la course aux performances prévalait sur la course aux économies.

Faut-il pour autant désespérer de placer un jour notre vaillant chasseur quelque part dans le monde (en plus de l’Inde…), après le cuisant camouflet que vient de subir notre Président de la République, le lendemain d’une visite d’État au pays des cariocas. La présidente brésilienne n’a-t-elle pas annoncé son choix pour le Gripen au détriment du Rafale et du F18, sitôt François Hollande remis dans l’avion ?

Comme tout un chacun, ici, j’espère que notre bel avion s’envolera un jour vers des cieux lointains pour ravir son nouvel acquéreur, ami fortuné de la France… on reparle des Émirats... tandis que Suisse, Thaïlande, d’autres, et maintenant le Brésil volent ou vont voler sur Gripen.

Retour à l'accueil