Zone d’exclusion aérienne ou pas au-dessus de la Libye ? Voici la dernière question sur laquelle doivent sérieusement plancher nos états-majors opérationnels, en attendant bien sûr la résolution des Nations Unies autorisant de mettre en place ce dispositif de surveillance et d’action pour prendre en main l’espace aérien Libyen et empêcher les avions de Kadhafi de bombarder son peuple.

Si cette mission à l’objectif séduisant trotte dans toutes les têtes de ceux qui s’intéressent au devenir Libyen, sa mise en place pourrait être plus compliquée qu’on ne l’imagine même adossée à des règles d’engagements claires et aussi complètes que lisibles par toutes les parties concernées puisqu’il faudra le faire à plusieurs, c’est-à-dire en coopération avec les européens disposant des moyens adaptés (radars, awacs, chasseurs, missiles, ravitailleurs en vol…) et aussi avec les Américains qui ne doivent pas y aller seuls. Même si les bases aériennes disponibles sur les îles proches de la côte Libyenne ne manquent pas (Chypre, Sicile…) pour abriter les moyens actifs de défense aérienne,  je pense qu’une participation des porte-avions ne pourra pas être évitée au moins dans un premier temps. C’est une chance que notre CDG soit de retour à Toulon depuis quelques jours, en alerte normale à 72 heures…

Les moyens de l’armée de l’air  (chasseurs, avions awacs…) devraient être de la partie en utilisant les ressources de métropole (trois escadrons) et aussi peut-être en détournant de leur mission actuelle certains éléments engagés outre-mer.

Au plan politique la création de cette zone posera les problèmes cruciaux de la gestion des charters transportant les mercenaires de Kadhafi recrutés partout en Afrique (Niger, Mali, Burkina…c'est là que les africains se tirent une balle dans le pied !) et autres avions civils pénétrant  dans la zone, de sa délimitation (la Lybie c’est trois fois la France) dans l’espace et dans le temps. Elle marquera un choix irréversible contre Kadhafi  et obligera peut-être à passer à une phase militaire encore plus active, surtout si la contre-offensive victorieuse annoncée de son armée devait lui permettre de reprendre pieds…

Aux dernières nouvelles des frappes ciblées sur les principales bases aériennes tenues par Kadhafi pourraient être envisagées au niveau européen sur proposition de la France... Avec quels moyens? Le sol-air Libyen est assez dense pour que les modes d'action soient choisis avec la plus grande attention. Affaire à suivre... en cherchant une large coopération et pourquoi pas les américains (cruise missile...)

Retour à l'accueil