Chari-1.jpgEt si on remettait ça en Centrafrique plus instable que jamais, et livrée aux multiples rivalités de tous ceux qui ont décidé de compter dans ce pays et ne désarment pas en quête du pouvoir ? La situation des populations est à ce point grave au plan humanitaire que l’on peut franchement se poser la question. En passant, on peut se demander comment ces chefs de guerre, tour à tour rebelles ou légaux, selon les aléas de l’histoire, trouvent les ressources suffisantes pour armer leurs milices et autres mercenaires et souffler sur les braises de rivalités religieuses et ethniques jamais éteintes, selon le vieux principe du diviser pour mieux régner. En attendant l’aéroport de M’Poko est tenu par des soldats français qui verront sans doute prochainement arriver leurs collègues terriens et aviateurs et sans doutes quelques autres forces régionales, comme celles du Tchad, chargés d’aider les bonnes volontés de ce pays martyre, à retrouver le chemin de la paix. Comme toujours, lorsque l’Afrique francophone appelle au secours et souffre nous arrivons : Côte d’Ivoire, Mali, Centrafrique…

Retour à l'accueil