Two_F-22_Raptor_in_flying.jpgOù sont les F 22 Raptor stealth (furtif) de supériorité aérienne et que font les Eurofighter Typhoon de la RAF en Libye, présentés il n’y a encore peu comme les meilleurs des chasseurs ?

Les premiers, non basés en Europe, et qui font grimacer le Congrès américains par leur coût d’acquisition, d’exploitation, et pour les frais occasionnés par leur prochaine modernisation, brillent par leur absence dans le ciel de la Libye pour des raisons essentiellement techniques de non convivialité avec d’autres appareils. Si le jet de Lockheed Martin peut facilement communiquer avec un autre Raptor, il le fait plus difficilement avec d’autres appareils comme ceux de la coalition Otanienne actuellement en action. De plus ses capacités sont limitées en attaque au sol. Ceci souligne les limitations inhérentes à l’hyper spécialisation d’un appareil très sophistiqué mais qui n’est qu’un intercepteur, et si possible dans un ciel américain. L’essentiel de la présence américaine en Libye est donc assuré par les vaillants F 16 et F 15.

Le Typhoon, dont une bonne dizaine opèrent depuis les bases italiennes, prennent totalement part au conflit libyen en air-air, puisque les britanniques ne disposent pas encore d’une capacité d’attaque au sol sur cet appareil, qui laisse donc sa place au Tornado en CAS. Depuis le 21 mars ces appareils semblent donner satisfaction, et reçoivent là leur véritable baptême du feu, même si leur disponibilité n’est pas toujours optimale.Typhoon

Au bout du compte, on réalise à quel point notre excellent Rafale est plus que jamais l’avion de la situation dans le conflit libyen, en abordant, embarqué ou pas, et avec beaucoup d’aisance, tous les aspects de missions complexes et dangereuses (interception, assaut, recco…), ce qui devrait faire taire toutes les mauvaises langues et donner des regrets à tous ceux qui lui ont préféré un autre appareil pour équiper leurs forces aériennes.

Retour à l'accueil