RVT Mirage 2000

L’évolution de notre flotte de combat, Air et Marine confondues, est directement liée au vieillissement des appareils, et à la nécessité de construire une dizaine de Rafale par an pour maintenir active une chaine de production capable de répondre aux exigences de l’export, comme pour l’Inde prochainement, et peut être d’autres nations. On verra donc disparaître à horizon de cinq ans, les Mirage F1CR (20 appareils en 2014), les Mirage 2000C et 5F (25+32 appareils en 2018), les Super Etendard de la Marine (37 avions en 2016), les Mirage 2000K3 (25 en 2018). Une trentaine de Mirage 2000D en partie modernisés devraient rester en ligne jusqu’en 2026 (environ 60 aujourd’hui), le nombre de Rafale augmentant progressivement pour finalement équiper toute la flotte. Il y aura 150 Rafale en ligne en 2017 (110 air et 40 marine) pour 100 aujourd’hui. Ceux qui savent compter verrons que passant d’environ 300 appareils actuellement, nous irons assez rapidement vers 200 appareils… un sacré coup de rabot !

Les futures commandes de Rafale restent une incertitude, sachant que les objectifs initiaux, qui ne seront pas tenus, visaient 286 appareils. Le livre blanc attendu dans les prochains jours devrait donner quelques précisions à ce sujet (220 appareils?), et encore plus la loi de programmation militaire qui suivra.

Avec un nombre réduit d'appareils de chasse, l'environnement opérationnel et le maitien en condition, comme l'entrainement et la formation des équipages, les dotations en armements, les moyens de soutien et de ravitaillement en vol, vont être particulièrment dimensionnants sur nos futures capacités aériennes.

Retour à l'accueil