Le chef d’état-major de l’Armée de l’air a planché devant la Commission de la défense nationale et des forces armées, le mercredi 7 octobre 2009. Voici quelques données intéressantes, soulignant la vivacité de notre Armée de l’air soumise à une réforme sans précédent (fermeture d’un cinquième de ses bases aériennes, diminution de 25% de son personnel en six ans… ces questions sont abordées dans d’autres chroniques de ce blog)

 

Activité aérienne :

 

-22 avions de chasse sont actuellement déployés en opérations sur les théâtres extérieurs (80 appareils en tout). 3500 aviateurs les font voler et les mettent en œuvre. La disponibilité de ces appareils est excellente et supérieure à 95% (60% seulement en métropole)

En Afghanistan nos Rafale, déployés à Kandahar, ont tiré cette année pour la première fois les très attendus missiles air-sol modulaire AASM, obtenant des résultats d’une très grande précision avec près de 61 bombes larguées, quelle que soit la couverture nuageuse.

Par ailleurs, nos Mirage F1 CR et nos drones SIDM, ou Harfang, fournissent des capacités de renseignement très demandées, tant par l’armée de terre que par nos alliés sur le théâtre afghan. Nos drones Harfang déployés à Bagram ont franchi, depuis leur engagement en février 2009, le cap des 1000 heures de vol, et l’armée de terre n’effectue plus de patrouille au sol sans leur appui.

 

- en métropole, 1500 décollages par an sont effectués dans le cadre de la mission de police du ciel (assistance en vol, identification, mesures de contraintes…)

Le système air-sol moyenne de portée type A (ASMP-A), est opérationnel. Il marque le 45ème anniversaire de la dissuasion nucléaire française, et une augmentation des capacités opérationnelles.

 

-l’entraînement des pilotes de chasse permet toujours d’effectuer 180 heures de vol par pilote et par an (160 pour les pilotes d’hélico). Une quarantaine de pilotes très expérimentés (officiers en état-major…) continuent de voler sur avion d’arme alors qu’ils ne sont plus directement affectés dans les escadrons. Ils y apportent un renfort occasionnel apprécié ainsi que leur expertise.

 

Equipements, Prévisions :

 

-Arrivée du Rafale standard F3 (toutes missions) en 2010 à Saint-Dizier et montée en puissance de l'escadron 1/92 Gascogne. D'autres escadrons en seront dotés au rythme des livraisons. Sur les 180 actuellement commandés, 60 avions sont destinés à la Marine (trois flotilles à 15+)

-Rénovation des Mirage 2000D pour plus de polyvalence jusqu’en 2025

-Rénovation de certains avions de transport Transall afin de disposer de 22 appareils de ce type entre 2015 et 2018. La flotte de CASA confortée, augmentée de quelques appareils loués ou achetés comme le C130-J, permettra de compléter la capacité de transport en attendant l’arrivée des premiers A400-M en 2013 (avec le renfort de quelques KC390 achetés au Brésil dans le cadre du futur contrat franco-brésilien Rafale). Le premier vol de cet appareil, seul à répondre aux exigeances opérationnelles requises, est attendu fin 2009. L'acquisition de quelques A-330 est aussi à l'étude pour assurer le transport à long rayon d'action, ainsi que la modernisation de la flotte d'avions ravitailleurs en vol.

Retour à l'accueil