16644.jpgUn Rafale de la Marine vient d’être victime d’une panne sèche au large des côtes pakistanaises, 40 minutes après avoir été catapulté du porte-avions Charles-de-Gaulle, le dimanche 28 novembre 2010. Le pilote très expérimenté s’est éjecté au voisinage du PA, et a été très vite récupéré sain et sauf par un hélicoptère « Pedro » du bateau…

Pas banal ! D’autant que l’appareil venait d’être ravitaillé par une nounou, un autre chasseur équipé d’un bidon spécial pouvant délivrer en vol du carburant à l’aide d’un tuyau souple. L’enquête est en cours, mais on peut penser que des problèmes de jaugeurs, de vanne du circuit carburant, peut-être liés au ravitaillement en vol venant d’être effectué, ou de vide-vite (allègement avant l'appontage), seraient la raison de cet accident qui nous prive d’un Rafale Marine de plus…

Depuis le 26 novembre et pour quelques semaines, notre Aéronavale est engagée en Afghanistan en patrouille mixte Rafale et Super Etendard (le Hawkeye participe également), pour une autonomie sur zone limitée, vue la distance du porte-avions par rapport à la zone d’action, et malgré le soutien de deux C-135 ravitailleurs que l’Armée de l’air a déployé à cette occasion.

Espérons que ce grave accident, qui nous prive de notre troisième Rafale Marine, ne ternira pas cette démonstration d’un réel savoir-faire opérationnel, qu’aucune autre nation, hors les États-Unis, est capable de réaliser.

Au bilan, en un mois de présence, le groupe aéronaval aurait fait  180 missions de guerre (dont une trentaine de sorties Hawkeye) au-dessus de l'Afghanistan, principalement en CAS (Plus de 130 appui-feu et quelques REC avec le nouveau pod recco) intervenant à plus de 1000 kms de distance du PA, par patrouilles mixtes (rafale+ super-étendard) de 5 à 6 heures. Une belle démonstration de capacité opérationnelle pour notre flag ship !

Retour à l'accueil