Idriss-Deby-aout-96.jpgL’engagement déterminé et victorieux des forces tchadiennes à nos côtés, pour abattre les dernières résistances djihadistes dans le Nord du Mali montagneux (massif des Ifoghas) , ne se fait pas sans pertes puisqu’on déplore 23 tués dans leurs rangs lors des derniers combats, après la perte d’un légionnaire du 2eREP (Adjudant Vormezeele) quelques jours avant, dans la même région et le même combat.

Rappelons que ces forces africaines sont commandées en second par le propre fils d’Idriss Deby (blessé lors des mêmes affrontements), le Président tchadien, qui a toujours lutté fermement contre l’islam radical et son prosélytisme. Si son engagement sans faille accroit incontestablement sa stature militaire et son prestige dans son pays et dans toute la zone subsaharienne, ses soldats courageux lancent aussi un message extrêmement clair à tous ceux qui procèdent de la logique djihadiste et à leurs soutiens, dont nos amis arabes du golfe, avec lesquels il faudra sûrement en parler un jour. Ajoutons aussi que cet engagement a valeur d’exemple pour les troupes des pays africains de la CEDEAO dont l’arrivée n’est toujours pas annoncée faute de moyens, de capacité et sans doute de volonté politique.

Je ne sais pas si les Tchadiens retournent toujours certains adversaires survivants, (souvent des combattants de circonstance contraints et drogués), comme c’était le cas il y a quelque temps dans ce genre de guérilla, mais ça permettrait surement d’avancer plus vite dans la reconquête tout en aidant certains à choisir clairement leur camp.

Retour à l'accueil