7_30_mali_coucher_soleil_H092231_L.jpgDifficile de savoir si le conseil de sécurité des Nations Unis prendra une résolution rapide pour lancer les forces militaires de la CDEAO dans les sables désolés du Nord Mali occupé, mais les derniers délais avant un souhaitable engagement africain, appuyé par les pays occidentaux dont la France, permettront aux forces nécessaires de se constituer autour d’un noyau dur (Tchadien...) disposant de redoutables combattants aptes à neutraliser les intrus de l’Azawad… et après ? Il faudra tenir en surveillant une immensité où pourront certainement continuer à circuler des bandes terroristes, certes amoindries, chassées des villes et des villages, mais toujours soutenues par les capitaux de généreux donateurs arabes (Autrefois la Lybie de Kadhafi, aujourd’hui le Qatar...) et par quelques corrompus, militaires et administrateurs locaux. Le Mali aura vite retrouvé son intégrité territoriale mais nos avions et drones, et ceux des autres, n’auront pas fini de survoler ces immensités sahéliennes, perméables aux trafics de tous ordres aussi longtemps que les problématiques politico-économiques et les questions de survie des habitants de la région n’auront pas été réglées : questions de volonté mais surtout de moyens.

Retour à l'accueil