lancement-dun-missile-hellfire-par-un-drone-predator.jpgLe président Obama vient d’autoriser l'utilisation de drones Predator armés contre les forces du colonel Kadhafi qui échappent aux frappes aériennes de l’OTAN en se mêlant aux populations civiles et en opérant à partir de véhicules banalisés.

L'armée américaine a déjà utilisé avec succès ce drone, équipé de missiles Hellfire, pour frapper des cibles dans les zones urbaines en Afghanistan, au Pakistan, en Irak et au Yémen.

Du haut de ses 8000 mètres d'altitude où il peut rester très longtemps, et invisible du sol, il observe la situation et frappe quasiment à coup sûr... Son pilote, installé devant son écran de contrôle aux USA, ne risque rien, et prend tout son temps pour ajuster son tir.

Même si cette nouvelle contribution américaine est décrite comme modeste par le secrétaire à la Défense Robert M. Gates, ne doutons pas qu’elle donnera un précieux coup de main aux forces insurgées en évitant les éventuelles bavures et les tirs fratricides.

Au plan politique elle replace les Américains dans une mêlée qu’ils n’avaient pas vraiment quittée et souligne les lacunes capacitaires des autres forces de la coalition dans certains domaines de lutte maîtrisés par les seuls américains.

Ce retour américain particulièrement significatif ne manquera pas d’interroger nos dirigeants sur les choix urgents à faire pour remplacer nos drones Harfang.Le Predator, aussi Reaper dans une autre appellation, est le seul drone répondant vraiment à la question pour l'instant, en attendant le drone Male de Dassault-British Aerospace, même s'il mettrait notre pays dans une certaine dépendance vis à vis des Américains, en particulier pour les satellites associés.

Retour à l'accueil