Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard FEESER

La guerre psychologique et médiatique bat son plein alors que les armements les plus sophistiqués comme le missile Scalp viennent d’entrer dans la bagarre pour essayer de desserrer l’étreinte mortelle des forces de Kadhafi sur les insurgés, en portant des coups décisifs. Les guerriers ont des oreilles et des cœurs, et une action militaire la plus réussie soit-elle existe surtout par la qualité de son compte-rendu. Ce qui est dit est presque aussi important que ce qui est fait dans un monde médiatique avide de scoops et de nouvelles. Les militaires utilisent toutes les armes de la communication et en particulier diffusent messages et flyers à partir d’avions spécialisés à l’intention des Kadhafistes pour les démoraliser et tenter de les retourner. Les journaux, TV et radios livrent chaque jour un chapelet de commentaires plus ou moins filtrés et d’images censées être le fidèle reportage de ce qui se passe sur le terrain. Bien sûr la manipulation est parfois de mise pour faire croire ou cacher, pour glorifier ou critiquer, pour influencer le jugement des acteurs et manipuler l’adversaire, car nul n’est insensible à la puissance médiatique. Chacun sait que la prise en main de la station de TV et de radio locale, voir la destruction de ses émetteurs, doit être l’un des premiers buts de guerre, et l’on peut s’étonner que Kadhafi puisse toujours communiquer sur les ondes et s’adresser au monde en compensant la faiblesse de ses armées, mises à mal par les avions de la coalition, par la violence de ses mots et de sa propagande. Il serait peut-être temps de lui couper le sifflet et d’arrêter de lui tendre nos micros pour l’aider sans vraiment le vouloir à faire la pluie et le beau temps sur le plan médiatique.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

iceman 25/03/2011 15:43



Meme si cela reste modeste dans le nombre d'avions,je trouve que l'AA  a fait de très grands progres depuis la liberation du Koweit,qui faisait un peu bric a brac dans le domaine de la
planification et projection,tous les avions partent de bases francaises,avec l'Uss Corsica en pivot pas de recours au bases Otan sauf déroutement et quelques 2000-5 en nounou aux Quatari en Crete
ou CHYPRE,un placement judicieux des kc  au dessus de la grande bleue pour le refueling des patrouilles sur l'aller comme sur le retour,meme si pour les us cela reste modeste par rapport a
leur savoir faire,il semble bien que le 4 étoiles de la navy a Naples soit un peu bluffé nobostant l'enorme presence de la marine francaise,Il est evident que toute la  fotte en rafale avec
uns quinzaine de mrtt plus des 400m en support changerait encore plus la donne


 


 


 


 


 


 



Richard FEESER 25/03/2011 22:01



C'est sûr qu'intervenir en première ligne à deux pas de chez soi (plutôt deux ravitos) c'est plus facile que de rejoindre l'énorme coalition américano-américaine de la guerre du Golfe où il
fallut se trouver une base en arabie qui n'avait vu jusque là que de la poussière, et l'équiper entièrement pour accueillir les avions et les hommes, la relier (hertzien) au centre combiné
d'opération pour que nos avions entrent dans la planification journalière des vols ATO et fassent avec Jaguar, F1 et 2000C ce qui est bien plus facile à faire avec les Rafale aujourd'hui.
Croyez-moi, le soutien d'une telle opération fut un sacré défi et pour la plupart d'entre nous beaucoup de chose à réinventer  dans tous les domaines pour se faire une petite place dans un
énorme dispositif aéroterrestre. Les enseignements de la guerre du golfe ont permis de tirer des leçons décisives, en particulier dans le domaine de l'armement (A2SM, Scalp...), des systèmes
d'arme et optroniques, les bases projetables, des systèmes de préparation de mission et de planification, du commandement C3, ce qui fait que notre CAOC et ses mobilités éventuelles sont
actuellement ce qu'on fait de mieux, nous permettant d'être si besoin une Nation Cadre. Il y avait aussi à l'époque un tas de gens qui voulaient s'occuper du tasking et là aussi les esprits ont
évolués en optimisant les règles de comportement et en consentant une plus grande délégation aux équipages et en maîtrisant mieux la conduite C2 en temps réel. Ajoutons que cette opération en
méditerrannée, donc chez nous, nous permet , en coopération avec la Marine et nos moyens de surveillance, de transmission et satelltaire, d'aborder tous les domaines de lutte de façon optimale.
Vrai que quelques RVT modernes sont attendus ainsi que l'A400M en soutien.J'y ajouterais aussi quelques drones.