Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard FEESER

Et si Obama allait plus loin dans sa lutte armée contre les tyrans, en revenant plus militairement dans la crise libyenne ?

Dans le rapport de forces actuel, qui ne permet pas de dégager l’avantage d’un camp, la crise libyenne risque fort de durer plus qu’on ne l’avait prévu. Quelques semaines sont devenues quelques mois, et les tergiversations initiales sur le commandement, et l’engagement réel au côté des alliés, n'y sont pas étrangères, ainsi que le retrait des forces aériennes US, hormis les drones armés. Les A 10 et AC 130 américains, si efficaces dans les premiers jours du conflit, manquent cruellement à l’appel. Certes, les coups portés ces derniers jours contre le clan Kadhafi ont été durs, mais ils ne l’empêchent pas de continuer à bombarder le port de Misrata, ajoutant à la longue liste des victimes civiles qui se compteraient déjà par milliers.

Les Libyens libres, qui vont sans doute bénéficier d’une aide supplémentaire dans le domaine financier, suite aux décisions prises hier par le groupe de contact, ne pourront pas aller beaucoup plus loin dans la reconquête du pays, si la pression sur Kadhafi n’augmente pas de façon significative grâce au retour déterminé des Américains. Il y a là un risque d’enlisement, voire d’une partition du pays, sans doute déjà dans les arrières pensées de certains.

D’ores et déjà, démonstration est faite que rien ne peut aboutir vraiment sans que la grande Amérique ne s’en mêle ; précisément celle qui vient de marquer des points en abattant Ben Laden dans son refuge pakistanais, suite à une remarquable opération des forces spéciales.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Larribau 06/05/2011 15:17



On peut effectivement dire que les américains sont indispensables mais ce n'est pas la démonstration que je perçois.


Ce que je perçois, c'est que les leaders de la coalition, France et Grande-Bretagne, ne sont ni assez puissants ni assez bien armés et qu'il est plus que temps (et à mon jeune âge, ça fait déjà
presque 10 ans que je le dis!) qu'il faut reconsidérer la puissance aérienne française en lui donnant les moyens nécessaires pour livrer ce genre de combat seule s'il le fallait et pour pouvoir
en prendre efficacement le commandement. Les atermoiements auxquels on a assisté en début de conflit auraient été rapidement réglé si la France avait pu s'imposer comme leader naturel.


Donc personnellement, je ne plaide pas pour un retour des américains. Je plaide pour un renforcement et une refondation sans précedent de la puissance aérienne française avec une Armée de l'air
et une Aéronautique Navale suffisamment armées pour n'avoir besoin ni des drônes ni des Gunships américains ni des capacités de commandement de l'OTAN sur quelque théâtre que ce soit.


Mais il ne faut pas passer sous silence la scandaleuse collusion tacite entre les régimes autoritaires qui se serrent les coudes contre les vélléités démocratiques et contre le monde libre, sous
la direction discrète mais non moins décidée des régimes russes et chinois. C'est la deuxième démonstration de cette crise. Le choc n'est pas entre les civilisations, comme le disait Huntingdon,
mais encore et toujours entre le monde libre et les régimes autoritaires!



Richard FEESER 06/05/2011 15:32



Hélas, nous sommes dans l'urgence et les forces actuellement disponibles et engagées sont toutes au taquet. Sans réserves, il ne nous reste plus qu'à espérer un retour rapide des Américains.


Pour le long terme, je partage bien entendu votre point de vue, mais ne rêvons pas, je vous parie que le modèle d'armée sera encore revu à la baisse après les prochaines élections
présidentielles.