F22Afterburner

On a du mal à ne pas suivre les élections américaines qui donneront un nouveau Président à ce grand pays prochainement, sans que pour autant la politique industrielle et militaire de ce leader vorace change radicalement de cap. Il y aura toujours une nette volonté à s’imposer en tous domaines aéronautiques, navals, et terrestres, avec la complicité britannique à peine masquée et celles d’autres nations suiveuses, souvent otaniennes, figées de peur et convaincues que seuls les Américains pourraient les défendre au cas où (autant leur donner des gages de bonne conduite). Le barrage à tout ce qui n’est pas américain est renforcé par ces craintes venues du temps de la guerre froide et d’une certaine analyse économique qui présente souvent nos propres productions comme coûteuses, inadaptées, voir dépassées. Nous vivons cette situation oppositionnelle assez cruellement pour notre vaillant Rafale toujours invendu, dans une moindre mesure pour le MRTT ravitailleur, qui avait pourtant gagné l’appel d’offre de l’US Air Force, mais aussi pour beaucoup d’autres équipements dont le monde doit se doter pour moderniser son outil de Défense. Ce qui sera fait au rythme et aux normes imposés par l’oncle Sam, qui met en laisse ses fidèles clients en jouant sur tous les leviers en particulier sur l’après-vente. Ainsi nous utilisons des AWACS américains dont la modernisation au dernier standard vient de poser quelques problèmes et nous nous doterons probablement du drone américain Reaper en lieu et place d’un matériel européen, nous jetant du même coup dans un monde où les Américains font plus que jamais la loi. Quand on pense aux appareils dits de 6e génération qui seront très certainement des drones hyper sophistiqués, on comprend à quel point ce choix signifiera à plus ou moins long terme la disparition des vecteurs de combat autres qu’américains.

Nos amis anglo-saxons n’ont pas leur pareil pour savoir créer un besoin et y répondre au plus haut niveau de la technique grâce à une colossale avance technologique, rendant les tergiversations picrocholines de nos chers industriels nulles et non avenues et surtout autodestructrices. Car là aussi le bât blesse, et autant reconnaître que la belle harmonie dont on rêverait dans le domaine des équipements de Défense en Europe, permettant de proposer le meilleur au moindre prix, n’est pas de mise, outre que les productions finalement réalisées doivent beaucoup aux technologies américaines, comme ce chasseur Grippen Suédois qui s’exporte si bien, jusqu’en Suisse, en Thaïlande et ailleurs, avec la bénédiction américaine.

Pour sortir de cette situation et éviter ce quasi-monopole américain annoncé, il serait grand temps de développer avec eux, au plan technologique, les grands programmes de demain, tant que notre savoir-faire le permet encore et que nos bureaux d’études ne sont pas tous fermés, autrement qu’en participant au seul financement de certains programmes comme celui du futur F35, si coûteux mais qui a su fédérer et intéresser de nombreux pays par des promesses capacitaires qu’il aura beaucoup de mal à tenir.

Souhaitons beaucoup de réussite au futur Président américain et espérons qu’il aura de temps en temps un regard bienveillant pour l’Europe qui fut cruellement absente de cette longue campagne présidentielle qui se termine ce soir.

...And the winner is Barack Obama !

Retour à l'accueil