RVT Mirage 2000Armons-nous et tirons sur la Syrie… mais pas seul !

Les missiles de croisière Tomahawk américains devraient logiquement précéder nos propres tirs de missiles Scalp depuis nos avions Rafale Air et Marine ou Mirage 2000 sur des objectifs militaires bien identifiés, avec le moins de dommages collatéraux possibles, et un effet optimal, pour signifier au tyran de Damas qu’il doit cesser de jouer avec les armes chimiques dont il possède une quantité et une palette terrifiante…

Pour l’instant nous sommes presque seuls à menacer de « punir » le président syrien puisque l’Europe toute entière fait silence radio, y compris les Anglais un moment velléitaires, et que la grande Amérique attend un vote favorable du congrès pour se lancer dans une opération dont on a un peu de mal à percevoir les tenants et les aboutissants. Et si ces hésitations étaient comme le signal de la fin d’une partie qui ne mènerait à rien ?

En tout état de cause on se prépare, on écoute, nos bateaux (Chevalier Paul…) et avions (Atlantique II) se mettent progressivement en place et sans doute aussi nos sous-marins pour recueillir du renseignement et participer aux frappes le moment venu. Le porte-avions Charles de Gaulle ne semble pas encore concerné, et il est vrai que Chypre ou certaines bases turques serait un point de départ rêvé pour nos avions engagés éventuellement dans une bataille présentée comme de très courte durée, comme un simple coup de semonce ou plutôt un coup d’arrêt avant quoi ? Beaucoup d’hypothèses peuvent être formulées y compris celle qui ferait penser que ces frappes coordonnées seraient suffisantes pour faire basculer la bataille au sol à l’avantage des insurgés anti Bachar-el-Assad et accélérer la chute de ce dernier. Gardons à l’esprit que les « Syriens libres » ne sont pas tous des enfants de cœur et que l’expérience de la Libye et de l’Irak doivent nourrir notre réflexion avant toute intervention pour en peser toutes les conséquences, sans pour autant annihiler notre légitime ambition de vouloir faire le bien.

Retour à l'accueil