couverture_officier_pilote_de_cha.jpgQuestion enfantine qui interroge aussi les grands…

 

— Et les OVNI (objets volants non identifiés), tu y crois ? me demande-t-on.

— J’en ai entendu parlé, et je connais deux pilotes de chasse qui disent en avoir vu. L’un a été rassemblé en vol par un filament brillant et rapide comme la lumière. L’autre a vu un genre de soucoupe volante se poser au bout de son jardin, sans décliner son identité, et repartir aussi mystérieusement qu’elle était venue, dans un halo de lumière.

— Tu les as questionnés pour en savoir plus ?

— L’un d’eux m’a avoué avoir tremblé dans le T-33 qu’il pilotait à la verticale de Tours, et avoir été stupéfait par la vitesse de l’engin. Arrivé d’en bas et resté près de son aile droite pendant quelques secondes, sans qu’il ne puisse en distinguer la forme, il s’était brutalement évanoui aux confins de la nuit, comme une flèche. Pour l’autre, on m’a rapporté son témoignage étonnant. Ce n’est pas un farceur, je l’ai bien connu. Il a vraiment vu ce qu’il a décrit.

— Tu as ton idée là-dessus ? 

— Depuis la farce du petit extra-terrestre de Roswell (soi-disant tombé sur une base américaine secrète dans les années 40) entretenue pendant des années, jusqu’à ce qu’on découvre la supercherie, je suis méfiant. Le gnome à grosse tête et yeux exorbités, opérés sous caméras par des « experts » comprenant tout, sans rien pouvoir dévoiler…, avait quelque chose de sympathique, presque de touchant. La mise en scène à l’aide de photos plus ou moins floues était parfaite. De plus, le petit personnage correspondait bien aux Martiens des bandes dessinées de science fiction, et à l’idée que s’en faisaient les gens à l’époque. On aurait aimé y croire ; c’était du pipeau !

Depuis cette rencontre du troisième type avortée et le rêve d’un nouveau monde brisé, j’ai tendance à croire que les extra-terrestres n’ont jamais donné signe de vie.

— C’est à comparer avec le monstre du Loch Ness ? On en parle, on en parle et… les faux monstres et autres extra-terrestres de pacotille ont rendu les gens moins crédules.

— Et les descriptions faites par trop peu de témoins, même sincères, font tout de suite penser à des illusions d’optique, que les scientifiques expliquent très bien. Nos capteurs sensoriels ont des limites ; ils peuvent se tromper de toute bonne foi. Tu remarqueras que dans cette histoire de petits hommes verts, le côté visuel fugace est toujours prépondérant. On ne parle quasiment jamais de bruit. Ce sont des particules rapides comme l’éclair, lumineuses, aux formes indicibles, et terriblement silencieuses, virtuelles…?

— Et moi qui rêvais de petits E.T, mignons à croquer, et de bonnes fées intersidérales venant nous visiter dans un tourbillon étincelant de petites étoiles multicolores… Je suis déçu !

 

extrait de mon livre "officier pilote de chasse"

Retour à l'accueil