Je n'ai jamais eu l'occasion de tirer la poignée du siège éjectable, mais j'ai connu plusieurs pilotes de chasse qui ont été condamnés à le faire à la suite d'une panne réacteur, livrant leur aéronef aux seules forces de gravité... Sans ce geste salvateur ils se seraient malheureusement tués.
Du T-33 (photo du haut) au F-16 (photo du bas) voici deux exemples d'éjection où le siège éjectable permet d'extraire en toute sécurité le pilote de son habitacle (en biplace la place arrière s'éjecte toujours avant la place avant).
Un canon à poudre, intégré au siège, le propulse violemment vers le haut, hors du cockpit, au travers de la verrière fragilisée, sous très forte accélération (voisine de 25 G). Puis le siège se sépare du pilote dont le parachute dorsal s'ouvre automatiquement... pour un retour au sol en douceur. La séquence d'éjection très brève est entièrement automatique, dès lors que le pilote la déclenche en tirant la poignée d'éjection placée désormais en position basse, entre ses jambes (des sièges plus anciens proposaient deux poignées: une haute, au-dessus de la tête du pilote et une basse).
Les sièges (Martin Baker pour les plus connus) ont sauvé de nombreuses vies et parfois cassé quelques expérimentateurs courageux (souvent médecins) chargés de les tester au sol puis en vol avant de les monter sur avion (le siège au sol était propulsé sur un rail à une vitesse suffisante pour assurer l'éjection, environ 160 KM/h).
Aujourd'hui l'éjection est possible au sol et à vitesse nulle, ce qui n'a pas toujours été le cas. Elle se fait toujours vers le haut, ce qui n'a pas toujours été le cas non plus.
Les premiers F104 allemands avaient un système de secours qui éjectait le pilote vers le bas... imaginez le résultat en vol à très basse altitude !
Les sièges éjectables sont aussi équipés d'un paquetage de survie: canot pneumatique, ration de survie, poudre anti-requin, arme, balise pour être repéré... etc. Ceci pour faire face aux imprévus..!
Les pilotes s'entraînent régulièrement au sol, à l'escadron, à l'utilisation du siège éjectable, afin de bien connaître son fonctionnement,  ses équipements, et d'automatiser les gestes de survie et les procédures de secours.Il font aussi des stages de survie (mer et montagne) pour s'endurcir et utiliser le matériel de survie équipant leur siège.

*********************************************************************

Les anciens "éjectés" forment un club très fermé, dont l'accès peut être vraiment douloureux en raison des blessures subies ou a entrées multiples, car certains pilotes ou navigateurs se sont éjectés plusieurs fois.
L'Ejection Tie Club, créé par le société britannique Martin Baker, réunit tous les pilotes qui se sont éjectés de leur avion sur ce siège qui équipe tous les avions de chasse français. Le fabriquant de ce siège ejectable leur remet une cravate et un diplôme au cours d'une petite cérémonie. Pour les Français, le "pot des éjectés" se tient tous les deux ans, lors du Salon du Bourget. Rappelons qu'à ce jour 658 vies ont été sauvées grâce aux sièges éjectables Martin Baker.

Retour à l'accueil