La capitaine Virginie Guyot, pilote de Mirage  F1-CR , et chef de patrouille de reconnaissance,  vient de rejoindre la célébrissime Patrouille de France à la place de charognard, c'est à dire juste derrière le leader de patrouille qu'elle devrait remplacer en 2010.

Ancienne élève du Prytanée Militaire de La Flèche et de l'Ecole de l'air, elle a su s'imposer dans un monde parfois machiste, peu enclin à accepter les femmes en ses rangs.

Après Albane première femme pilote d'hélico, Caroline, première femme pilote de chasse, et Colette première Générale,  Virginie sera enfin sacrée reine.  Gloire et honneur...!

Guerrière accomplie, puisqu'elle a participé à plusieurs détachements opérationnels en Afghanistan, sa présence rehausse le rayonnement de notre belle patrouille, ambassadrice de la France sous tous les cieux.

Bravo Virginie !



 
 En réponse à Dominique qui me posait la question suivante :

 

 J’aurais souhaité avoir votre sentiment sur le fait qu'une femme, brillantissime, le Capitaine Virginie Guyot, rejoigne prochainement la Patrouille de France pour en devenir leader en 2010. Ce métier d'homme, car difficile, éprouvant physiquement, dangereux, peut il être accompli grâce à une passion sans borne ? Jacqueline Auriol en est la parfaite illustration encore qu'elle fût pilote d'essai et non de combat. Personnellement cela ne me choque pas, mais ne sommes nous pas plus dans le paraître que la réalité, je veux dire par la que les femmes peuvent rivaliser les hommes dans ce domaine, mais que cela reste tout de même l'exception ? Or, une femme leader de la PAF c'est un sacré coup de pub pour un nombre de candidates potentiellement très limité dans ce métier. Que cherche l'Armée de l'Air ?

 

On ne fait pas dans le détail et c'est très bien ainsi. Après le commandant Coulibaly, un leader de la patrouille noir, on nous annonce une femme: inimaginable il y a encore quelques années où notre institution était plus que frileuse, voir machiste et raciste.

 

C'est vrai que l'on peut ressentir cela comme un coup de Pub, mais vous savez comme moi que si l'on ne médiatise pas les choses rien ne bouge. Et l'on doit considérer que faire entrer des femmes dans les escadrons de chasse est une avancée plus que bénéfique pour l'institution, puisqu'elles sont tout à fait capables, croyez-moi.

 

Je me souviens du cas de la première femme, officier mécanicien en escadron de chasse (dans les années 80), Sylvie, une très jolie blonde formée à l'École de l'air, dont on a tellement pourri la vie en unité qu'elle dut renoncer (dur ! dur ! Les vieux sous-off de l'époque ne voulaient pas être commandés par une femme... elle est aujourd'hui professeur de math), puis de la première femme pilote d'hélico, (longtemps après les pionnières comme Valérie André), Albane que j'ai eue sous mes ordres en 1992 à La Réunion, une sacrée fille très professionnelle, poursuivie par les médias et les autorités de l'île qui la voulaient absolument à leur table à toutes occasions (Elle finira par marier un matelot, pour prendre un peu l'air du grand large !), puis de Colette notre première Générale (de ma promo de l'ESGA) qui avait été poussée par le Président Jacques Chirac pour marquer la féminisation de notre Armée de l'air (Même si sa promotion ne fit pas plaisir à tout le monde, elle sut se montrer à la hauteur comme Général adjoint du Général commandant les Écoles de l'Armée de l'air à Tours, et finira trois étoiles), enfin de Caroline, première femme pilote de chasse et promise à une brillante carrière, dont la tragique disparition en 2007 nous a arrachés des larmes (chef de patrouille et commandant d'escadrille à Dijon sur MIRAGE 2000).  

 

Je crois que les unes et les autres ont contribué à une réelle émancipation de la femme (avec une certaine mise en scène c'est vrai) mais surtout à nous montrer à quel point elles étaient capables de relever tous les défis. Reste que le métier de pilote de chasse est difficile et dangereux, et que ceux et celles qui s'engagent dans cette voie doivent  manifester des qualités exceptionnelles.

 

Bon an, mal an, les femmes sont en train de s'imposer au sein de l'institution militaire. Selon le dernier Bilan social annuel de la Défense, les femmes représentent désormais 14,6% des effectifs militaires, soit au total près de 50.000 femmes sous l'uniforme. En dix ans, la proportion de femmes, de « féminines » comme disent les militaires dans leur jargon, a doublé. Et le mouvement ne va pas s'arrêter, puisque les femmes ont représentées plus de 20% des recrutements en 2008. L'armée de l'air est féminisée à plus de 20%, 12% la Marine, seulement 10% pour l'armée de terre, et près de 50% dans le service de santé...


ci-dessous un lien intéressant vers les femmes pilotes de chasse U S

http://www.fighterchicks.com/Hist%20of%20Chick%20FPs.htm

Rappelons que la première femme pilote de combat fut une turque, dans les années trente, Sabiha Gökçen (1913-2001)





 
Retour à l'accueil