Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Richard FEESER

14-juiilet.jpgPas de méprise sur la vraie raison de la participation des détachements africains, de nos anciennes colonies subsahariennes, au défilé du 14 juillet 2010, à Paris. Il s’agissait avant tout de saluer les 50 ans de leurs jeunes indépendances et de fêter ce qui nous rassemble, en oubliant un moment ce qui nous divise. Car bien sûr nous aimons cette Afrique qui nous a tant donné et avec laquelle nos relations sont avant tout affaire de passion plus que d’intérêts. Pour tous ceux qui ont eu la chance de survoler l’Afrique en tout sens, comme ce fut mon cas, je peux dire qu’il y a là-bas, en plus de magnifiques paysages, des gens absolument épatants et accueillants, à toutes les escales d’un voyage qu’on aimerait ne jamais devoir finir.

Tous ceux qui parlent de façon négative de cette manifestation militaire, selon eux d’allégeance à l’ancienne puissance coloniale, se trompent. La descente fière et glorieuse, des champs Élysées, des amazones béninoises, suivies de 12 autres détachements africains tout aussi remarquables, rappelait simplement la force de liens scellés par l’histoire, si souvent écrite dans le sang versé de troupes noires auxquelles nous devons notre reconnaissance. De passage à la tête de nos forces au Tchad en 96-97 j’avais eu à cœur de restaurer la maison des anciens combattants de N’Djamena, dont les murs sont peints d’une fresque rappelant la saga de la colonne Leclerc et des tirailleurs Sénégalais qui étaient aussi Tchadiens, Nigériens… Vous comprendrez pourquoi le défilé d’aujourd’hui ne m’a pas laissé tout à fait indifférent, d’autant que le ciel, un temps couvert, a permis à nos appareils, patrouille de France en tête, de faire un magnifique passage, comme un amical salut à ceux qui défilaient au sol, cette fois venus de si loin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

koffi 30/07/2010 19:28



Ne pensez vous pas que le metier des pilotes de chasse est voué à disparaitre et que les drones qui les remplaceront pourront tirer toute la quintescence des futures machines (encaisser des
accelerations qu'un humain ne pourrait supporter entre autre ...) le tout pour un cout bien moins elever ... ?



Richard FEESER 30/07/2010 22:45



Les drones comme les hommes ont leurs propres limitations. Dans les années 60 le Delta Dart F102, qui ressemblait étrangement à nos Mirage par sa forme en Delta, était un intercepteur Mach 2
qu'on avait à ce point automatisé qu'il pouvait mener quasiment seul, en tout cas sans pilote à bord, cette difficile mission d'interception, guidé au sol par les seuls contrôleurs
d'interception. Après quelques missions où l'appareil n'avait pas pu gérer correctement l'imprévu et où la situation avait presque échappé au guidage du sol on décida de laisser un homme à bord.


Aujourd'hui les drones sont évidemment beaucoup plus sophistiqués mais ont de faibles gabarits d'emport, et on toujours ce fil à la patte des communications et de la télécommandes, comme un 
talon d'Achille,que l'on pourra toujours brouiller. Attention donc à ne pas penser trop vite que ces jolies petits engins si capables de faire plein de choses, sous réserve qu'on dispose de la
supériorité aérienne et de moyens de communications et de guidage bien protégés, remplaceront inéluctablement le chasseur piloté. J' aborde la questions dans de nombreux articles sur ce blog, et
je pense comme vous que les drones tiennent et tiendront un rôle de plus en plus important. De là à remplacer totalement les chasseurs.. loin de moi cette pensée.



patrick 15/07/2010 08:41



si l'on peut être en accord avec vous sur des sentiments portés par chacun sur certains  pays visités, il me semble que le malaise vient de la confusion porté par les officiels sur le sens
 à cette commémoration.Respect des anciens combattants ou commémoration des indépendances africaines ? Dans le premier cas, rien a dire, mais pourquoi donc avoir attendu 70 ans avant de
reconnaitre dans la législation française l'égalité de traitement entre anciens combattants quelque soit sa nationalité ?



Richard FEESER 15/07/2010 09:41



Certes, cette question est intéressante et nous rappelle que les ex-colonies et les DOM TOM n'ont pas toujours été traités comme la métropole. Ainsi, lorsque je vivais à la Réunion dans les
années 90, les allocations familiales n'étaient pas du tout au même taux qu'en métropole, et les salaires et prestations familiales sur l'île de Mayotte, pourtant française, étaient aussi
bien en deça. La christallisation des pensions au moment des indépendances a suivi cette règle non écrite, même si la logique actuelle et le recul de l'histoire permettent une nouvelle
approche. Cette revalorisation va concerner les reversions des quelques veuves et les pensions des derniers survivants de 39-45, ainsi que ceux et celles plus nombreux des dernières
guerres coloniales comme l'Algérie. Par rapport au niveau de vie local, en moyenne 10 à 15 fois inférieur au notre, cette heureuse revalorisation va représenter localement une véritable fortune.


Cette question est aussi à rapprocher de l'indemnisation des victimes des essais nucléaires, dont on a pas voulu entendre parler pendant longtemps et qui commence à prendre forme, alors que de
nombreuses victimes ont déjà disparu...


Mieux vaut tard que jamais !



Richard Tissot 14/07/2010 23:57



Entièrement d'accord avec toi, et pour les mêmes raisons (mes six années en Afrique). Ceux qui cherchent des noises et qui s'offusquent de cette participation ne connaissent pas l'Afrique, ou
s'ils la connaissent, ils réagissent par idéologie politicienne.