On en parle...

....peut-être un peu trop d'ailleurs, car 4% des frappes de la coalition bombardant les positions de DAESH ne paraît pas être si remarquable que ça, même si nous devons tous nos encouragements à nos chers Aviateurs et Marins chargés désormais de se faire un dossier d'objectifs en Syrie. La tiédeur générale de cette bataille où les Britanniques sont plus qu'en retrait ne dévoile pas toutes les arrières-pensées des uns et des autres dont le double jeu semble assez évident. Quand DAESH aura atteint la côte méditerranéenne peut-être sera-t-il grand temps d'envisager plus sérieusement les choses, pourquoi pas en renouant militairement avec Russes et Iraniens.

Retour à l'accueil