Drones rieurs

L’épisode « hilarant » des drones survolant nos centrales nucléaires se transforme petit à petit en crise, car il n’y aurait pas que du rire et de la moquerie dans ces engins agaçants mais aussi un potentiel de malveillance, voire plus, comme ce fut le cas en d’autres lieux récemment. Outre les moyens de surveillance et de détection déployés, qui permettront au moins de constater l’infraction, il faudrait trouver rapidement une parade à ce qui doit finir par inquiéter nos concitoyens. En excluant toute mise en œuvre de batteries sol air, de canons laser ou autres moyens coûteux et disproportionnés à la menace, Il serait sans doute temps de disposer de quelques drones kamikazes à cocardes pour percuter l’intrus ou l'intercepter, sinon de rapaces entrainés à chasser ces gêneurs, comme les autours le font sur certaines bases aériennes contre les oiseaux. Cette nouvelle mission de défense aérienne ne sera pas du ressort de nos brillants chasseurs mais mérite néanmoins qu’on y réfléchisse sérieusement. Souvenons-nous des survols provocateurs de ce baron noir, sur Paris, qui avait fini par avoir une escadrille d’hélicos à ses trousses, créant finalement une nouvelle mission de mesures actives toujours assurée par les hélicoptères du Parisis depuis Villacoublay.

Retour à l'accueil