Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 16:54
Crash dans la montagne

Beaucoup de victimes et l’Europe est marquée au fer rouge, et les pays se serrent les coudes dans la compassion et la douleur partagée. Allemands, Espagnols et d’autres sont dans les pleurs et la misère de ces 150 victimes malheureuses embarquées sur le vol GERMANWINGS 9525, une filiale « low-cost » de la compagnie aérienne LUFTHANSA. Maintenant, il faut comprendre et l’analyse des faits avec les boites noires, et tous les éléments techniques qui pourront être rassemblés, permettront sans doute d’expliquer comment un avion bien entretenu et correctement piloté a pu plonger en silence et en ligne droite vers un massif montagneux des Alpes de Haute Provence, jusqu’à sa fin, le 24 mars 2015, vers 10h54. L’Airbus A 320 est l’un des avions les plus fiables et les plus utilisés au monde puisqu’un avion de ce type décolle toutes les trois secondes, et pourtant… L’enquête en cours ne négligera aucune hypothèse en excluant l’explosion en vol, puisque les témoins ont vu l’avion entier quelques secondes avant le crash. Nos équipes de sauveteurs sont sur place depuis les premières heures de la tragédie hélas sans aucun rescapé. En pensant aux victimes et surtout à leurs familles nous saluons leur dévouement.

***************************

Aux dernières nouvelles, suite aux premières écoutes de l'une des deux boites noires, il semblerait que le commandant de bord avait quitté le poste de pilotage sans pouvoir y revenir malgré plusieurs tentatives de déverrouillage de la porte blindée y donnant accès. Le copilote aux commandes, ne répondant à aucune injonction de déverrouiller la porte d'accès à la cabine de pilotage, mettait délibérément l'avion en descente jusqu'au crash final.

************************************************

Ce qui peut conduire un être humain à pareil comportement relève d'une enquête criminelle et psychiatrique permettant de trouver les raisons multiples que chacun imaginera. L'homme responsable de cette tragédie avait 28 ans, 600 heures de vol et vivait toujours chez ses parents.Dépressif de longue date il avait caché un arrêt maladie à sa compagnie aérienne pour le jour même du crash. Il avait aussi des problèmes de vue qui allaient l'écarter définitivement des cabines... trop tard !

Mais que faisait ce garçon aux commandes d'un avion? Il faudra trouver des réponses à une foultitudes de questions qui désormais se posent.

**************************************************************************************

Les derniers accidents aériens marquants comme le crash de Yemenia à Moroni, le Rio-Paris d'Air France, les deux crashs d'ATR à Taïwan, le vol de la Malaisian perdu en mer, celui d'air Algérie au Mali, ou celui qui s'est produit en Indonésie plus récemment, montrent à quel point le point faible de la sécurité aérienne est majoritairement le pilote, qui se retrouve directement impliqué dans la boucle extrêmement complexe des responsabilités. Les machines modernes sont de plus en plus sûrs et il est parfaitement normal de faire ce constat, sans pour autant se contenter de l'existant tant au niveau du recrutement que de la formation et de l'entretien des personnels techniques qu'il faudra peut-être un jour remplacer par des systèmes droniques autonomes comme il l'est déjà envisagé ou fait pour certains véhicules terrestres ou aériens militaires.

Partager cet article

Published by Richard FEESER - dans aviation civile
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 15:12
Mirage III RD avec pod cyclope survolant Longemer dans les années 70 ( Pilote Augoyard CEAM)

Mirage III RD avec pod cyclope survolant Longemer dans les années 70 ( Pilote Augoyard CEAM)

... et le lac Blanc toujours dans les Vosges (3/33 Moselle)

... et le lac Blanc toujours dans les Vosges (3/33 Moselle)

Partager cet article

Published by Richard FEESER - dans Armée de l'air
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 09:40
Rafale au Caire

Enfin un contrat pour notre cher Rafale qui défilera prochainement dans le ciel égyptien sous les yeux du Président Al-Sissi, premier à se lancer comme l’avaient fait ses prédécesseurs en 1981, en achetant le premier Mirage 2000 export. Il y a loin du 4 juillet 1986, lorsque Guy Mitaux-Maurouard, chef pilote des avions Dassault, faisait décoller le bel aéronef blanc, avion de combat futur, qu’on allait baptiser Rafale, et ce premier succès commercial. Négocié en trois mois, pour 24 chasseurs, ce contrat jettera Américains et Russes dans le camp des regrets pour ne pas avoir pu imposer comme trop souvent leur propre aéronef. Espérons que cette vente finira de décider les pays qui lorgnent depuis si longtemps vers le Rafale sans pour autant avoir passé commande.

Partager cet article

Published by Richard FEESER - dans Rafale
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 21:59
Malheur...

Le pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh, brûlé vif par le groupe djihadiste qui l'avait capturé en décembre, après l'écrasement de son avion en Syrie, a mis toute la nation jordanienne sur le pied de guerre derrière son roi Abdallah II qui a promis une «riposte sévère», en montant lui-même en première ligne des frappes aériennes de riposte, alors que l’aviation émiratie se mettait en retrait de la force internationale anti-Daesh, sans pour autant nous empêcher de continuer à utiliser ses bases. Il est clair que le message terrible délivré par la vidéo du pilote enflammé à mort aura été compris différemment par les nations arabes, soulignant la complexité de cette crise et l’extrême fragilité de leur résolution à combattre ce que nous considérons comme le mal absolu. J’ai pensé dès les premiers jours de notre engagement dans cette force aérienne que ce serait terrible de perdre un pilote victime du feu adverse, ou pire obligé de s’éjecter dans le camp des égorgeurs barbares. C’est malheureusement ce qui est arrivé à ce pauvre jordanien auquel nous pensons aujourd’hui, d’autant plus que nos Mirage 2000D sont basés désormais en Jordanie, plus près du théâtre d’action Syro-irakien. Dans quelques jours, les avions du porte-avion Charles de Gaulle entreront à leur tour dans la bataille, ce qui musclera sérieusement nos moyens et notre force aérienne dont on sait toute la qualité et la détermination. Ces combats, qui nous paraissent lointain, et où s’illustrent une fois de plus nos aviateurs, viennent à mon avis de prendre un tour nouveau avec cette réaction violente du roi de Jordanie qui a pris la tête de la contre-révolte arabe et où chaque pays de la zone devra clairement prendre position. En cela malheur est bon.

(Photo REUTER)

..... les Émirats sembleraient étudier le déploiement prochain d'un escadron de F16 en Jordanie en soutien du roi Abdallah

Partager cet article

Published by Richard FEESER - dans Géopolitique-Irak
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 16:09

Le 26 janvier 2015, à Albacete en Espagne, un avion F 16 biplace grec s’est écrasé peu après son décollage sur l’un des parkings jouxtant la piste d’atterrissage et où stationnaient des avions français en préparation de vol. Un immense incendie embrasant la ligne d’avions percutée par le F16 en perte de contrôle a occasionné plusieurs morts et blessés dans nos rangs. À ce stade 9 morts (3 PN et 6 mécaniciens) et 5 blessés français sont à déplorer, la plupart affectés sur la base aérienne de Nancy Ochey. Deux Mirage 2000 D et deux Alphajet qui participaient au TLP (Tactical leadership program), raison de leur présence sur cette base ibérique, ont été détruits et deux Rafale endommagés. L’enquête nous dira pourquoi un tel accident a pu se produire. Toutes les hypothèses restent ouvertes concernant le F16 responsable dont les deux pilotes ont péri lors du crash après avoir tenté de s'éjecter. Perte de poussée du réacteur au décollage et problèmes de commandes de vol ont été évoqués dans les premiers commentaires en attendant la lecture des boites noires. Des questions plus générales touchant à l’aménagement du terrain, à l’organisation des vols, aux règles de sécurité, seront sans doute posées et d’autres que les experts de l'enquête formuleront le moment venu. L’armée de l’air est en deuil et nous partageons sa peine en présentant nos sincères condoléances aux proches des victimes et en formant des vœux de prompt rétablissement pour les blessés.

Un hommage national sera rendu aux victimes dans les prochains jours aux Invalides.

Le TLP est un programme de perfectionnement organisé dans le cadre de l'OTAN en Europe qui permet aux chefs de patrouille des différentes nations d'acquérir le plus haut niveau de qualification en vol, permettant de préparer et de leader les missions aériennes en dispositifs les plus complexes.

Partager cet article

Published by Richard FEESER - dans Armée de l'air
25 janvier 2015 7 25 /01 /janvier /2015 19:46

Ne mélangeons pas armée et école, armée et famille, ou armée et centre national de formation et de remise au pas laïque, et cessons de croire que ce qui n’est plus fait ici et là, par impossibilité ou renoncement, pourrait se faire ailleurs, dans un moule d’intégration qui mettrait tous nos jeunes dans un grand bain militaire, bleu blanc rouge, renommé pompeusement « service militaire obligatoire et universel ». Hélas, l’abandon du service militaire à la fin des années 90 pour mettre fin à un système dont les Français ne voulaient plus, coûteux, inutile pour les militaires et chronophage pour les conscrits, ne peut ni ne doit pas être pensé comme la solution à tous nos problèmes sociaux actuels. La solution est ailleurs dans la résolution urgente du « pas de travail, qu’on soit diplômé ou pas », dans la question de l’autorité confisquée aux parents et aux enseignants pour soi-disant laisser grandir nos jeunes « sans contraintes ni frustrations », en réalité livrés à eux-mêmes sur des flots agités, sans gouvernail ni boussole, et à qui il faut donner un cap et des valeurs à suivre. Le rétropédalage vers un service militaire qui serait formateur et correcteur ne répondra ni à ces questions éducatives et économiques, ni au désœuvrement dangereux de certains jeunes qui faute de bonnes perspectives se tournent parfois vers le pire et les commerces déviants et très rémunérateurs. Il ne résoudra pas non plus les questions d’intégration complexes que les évènements terroristes récents viennent de remettre en lumière et pour lesquelles les familles, les associations multiples, les responsables religieux, les formateurs et tous les acteurs sociaux doivent être écoutés et aidés.

Partager cet article

Published by Richard FEESER - dans politique
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 11:25

Les évènements récents et la forte menace terroriste nous obligent certainement à repenser la défense opérationnelle du territoire et la liste des points sensibles nationaux à défendre absolument, auxquels désormais s’ajoutent les sites internet et tous les éléments susceptibles de subir une cyberattaque. Ils nécessiteront soit une garde physique, soit une surveillance à distance et des moyens de contre-attaque informatique, soit un renforcement de la défense passive en durcissant clôture et moyen d’alerte et de surveillance, soit même parfois les trois en même temps.

La montée en puissance de nos moyens défensifs faisant passer de 3000 à 10000 hommes les troupes chargées de la protection du territoire national, dans le cadre du plan Vigi Pirate, pose la question de nos réelles capacités à faire durer ce lourd dispositif dans un contexte de réduction généralisée des effectifs de nos armées, et d’un fort engagement militaire hors de nos frontières pour contrer la menace Islamiste. Sans doute le renfort indispensable des forces de sécurité, de police, et de gendarmerie, pourra puiser dans les faibles réserves existantes mais aussi faire appel à des sociétés de gardiennage spécialisées, à moins que l’idée de remettre en vigueur une forme de service militaire ou de service civique aménagé ne revienne dans les esprits. À cela s’ajoute que tous les citoyens doivent se sentir concernés comme sentinelle de la République en prévenant les services de police de toute anomalie constatée.

La Défense nationale est globale et se durcit. À la permanence de la Défense aérienne, toujours indispensable, s’ajoute désormais la permanence accrue de la défense terrestre. L’une et l’autre sont indissociables et vont imposer des choix politiques et financiers urgents remettant les forces armées au centre du débat.

Partager cet article

Published by Richard FEESER - dans politique
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 10:01

Le 11 janvier 2015, la France fraternelle et démocrate descend toute entière dans la rue en criant « je suis charlie », en hommage aux journalistes abattus deux jours plus tôt en salle de rédaction de leur journal, Charlie hebdo, par deux terroristes, les frères Kouachi. On leur reprochait les caricatures irrévérencieuses du prophète Mahomet. Plus de trois millions de français, mais aussi de nombreux chefs d’état étrangers, guidés par François Hollande, se sont retrouvés à Paris dans un cortège allant de la République à la Nation et partout en France. En tout, 17 personnes ont été tuées en trois jours au siège du journal satirique mais aussi dans un supermarché kacher de la porte de Vincennes, et sur le trottoir parisien, par un certain Coulibaly, islamiste et braqueur repenti, passé de la prison à la mosquée, et revendiquant son appartenance à Al Qu’Aïda Yemen. Il faut désormais en tirer tous les enseignements et resserrer les mailles du filet autour des potentialités terroristes qui veulent en découdre avec le peuple de France. Il faut aussi repenser les prisons où se forment et s’endoctrinent les futurs islamistes déjà exclus d’un système social souvent défaillant. Il faut aussi s’attaquer à ceux qui financent ces groupes djihadistes et ceux qui les entrainent dans un logique de violence où la mort serait l’ultime souhait. Les enjeux sont européens et mondiaux et entremêlent les questions migratoires, les politiques de la ville et des banlieues, l’éducation et la formation des jeunes, les mentalités diverses hérités des obscurantismes qui ont la vie dure, les croyances et les religions, et le modèle démocrate basé sur la laïcité, la fraternité et l’égalité.

Cette journée comme un sursaut défensif doit être riche de conséquences et stimuler ceux qui nous dirigent en leur montrant la voie.

Au boulot les politiques, la patrie est en danger, nous voulons vivre ensemble !

Partager cet article

Published by Richard FEESER - dans politique

Présentation

  • : Pilote de chasse: un métier, une passion
  •   Pilote de chasse: un métier, une passion
  • : Les présentes pages ont pour simple but de faire partager ma passion pour l'aviation et de présenter mes livres.
  • Contact

L'aventure de la chasse

 

 

Il avait ce défaut commun je crois à nombre d'aviateurs, et qui devient chez eux une déformation professionnelle:

"La vie ne prenait pour lui sa parfaite saveur que risquée"

André Gide à propos d'Antoine de Saint Exupéry

 

Cliquez sur les liens ci-dessous !

 

Officier pilote Officier pilote

 

Dernier vol1 Dernier vol1

 

 

Rechercher

Forum